Quels sont les différents types de rémunérations ?

Un Bilan Social Individuel (BSI) est une solution qui permet, sur un support unique, de présenter à chaque salarié un récapitulatif des éléments individuels de sa rémunération globale sur une année complète. La rémunération globale peut comprendre des éléments fixes et variables, individuels ou collectifs, immédiats ou différés, directs et indirects.

Pour mieux appréhender l’ensemble du pack de rémunération, partons des grandes composantes de la rémunération globale :

  • La rémunération principale ou directe
  • Les périphériques légaux
  • Les avantages en nature
  • Les périphériques éloignés

Les différents types de rémunérations : la rémunération directe

Le premier élément est la rémunération directe, versée en contrepartie d’un travail, et dès la réalisation de celui-ci. Elle est plus connue sous le nom de rémunération fixe et rémunération variable, et représente en moyenne 86 % de la rémunération globale des salariés.

Les différents types de rémunérations : la rémunération fixe

La rémunération fixe ne se limite pas au seul salaire de base. Elle peut comprendre aussi des primes dites fixes, telles que le 13ème mois, la prime de vacances, la prime d’ancienneté, ou les primes liées aux conditions de travail.

Les différents types de rémunérations : la rémunération variable

La rémunération variableest liée à l’atteinte d’objectifs qualitatifs et / ou quantitatifs. On l’appelle aussi salaire de performance et il peut avoir une part individuelle et / ou collective. En moyenne 70 % des salariés ont une rémunération variable. La plus grande partie correspond à des primes liées aux performances du salarié (primes d’objectifs, bonus, commissions, prime de productivité…) ; viennent ensuite les primes dites exceptionnelles et enfin les primes liées au temps de travail (heures supplémentaires, primes d’astreintes…).

Rémunération globale : la rémunération indirecte

L’autre volet de la rémunération globale est la rémunération indirecte, aussi appelée « périphériques de rémunération ».

Les périphériques légaux, ou salaire à long terme, sont les plus importants au sein des entreprises. On y retrouve la participation, partie des bénéfices réalisés par l’entreprise reversée aux salariés, et l’intéressement au résultat, à la productivité, aux objectifs. De plus en plus d’entreprises proposent à leurs collaborateurs un versement complémentaire, l’abondement dans le cas où ceux-ci choisissent d’investir ces sommes dans un Plan d’épargne salariale existant : Plan d’Épargne Entreprise (PEE), Plan d’Épargne Interentreprises (PEI), ou Plan d’Épargne Retraite Collectif (PERCO). L’entreprise peut aussi après un accord collectif mettre en place le Compte Épargne Temps (CET). Il permet au salarié d’accumuler des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d’une rémunération, immédiate ou différée.

Les dispositifs d’actionnariat salarié via un plan d’actionnariat ou des Stock-options entrent également dans cette catégorie d’avantages financiers monétaires.

Viennent ensuite les périphériques dits sélectifs, ou avantages en nature. Ils peuvent être individuels avec l’attribution d’un véhicule ou d’un logement de fonction, ou la mise à disposition gratuite d’un mobile ou d’un ordinateur portable. Certains avantages ont un caractère collectif tels que des tarifs préférentiels sur les produits de la société, la politique de restauration d’entreprise ou de tickets restaurant, la présence d’une conciergerie ou d’une salle de sport, l’action sociale ou l’action logement. Les dotations de l’entreprise au Comité d’Entreprise, la mise en place de chèques vacances, chèques Noël ou encore les CESU (Chèques Emploi Service Universel) sont une part non négligeable de la rémunération indirecte perçue par le collaborateur.

La dernière composante de la rémunération globale, est constituée des périphériques dits éloignés ou statutaires, véritable levier de fidélisation et d’attachement des collaborateurs à leur entreprise.

La mise en place d’un dispositif de retraite supplémentaire (dits régimes de retraite par capitalisation tels qu’un Article 82, Article 83 ou Article 39) qui vient s’ajouter au régime de retraite de base ainsi qu’au régime complémentaire, se généralise au sein de plus en plus d’entreprises. De la même manière, un contrat d’assurance de prévoyance collective couvrant les salariés en cas d’accidents de la vie (arrêts de travail, invalidité, incapacité permanente ou décès) est toujours très prisé par les collaborateurs. Entrent aussi dans cette catégorie, la complémentaire santé, qui propose une couverture santé plus avantageuse qu’un contrat négocié individuellement et dont la majorité des cotisations sont prises en charge par l’employeur.

La mise en place d’un Bilan Social Individuel (BSI), permet de communiquer de manière pédagogique, claire et ludique sur la politique de rémunération globale de l’entreprise. Un package de rémunération regroupe différents aspects, allant de la rémunération fixe, la plus connue des collaborateurs, à la rémunération dite indirecte, plus axée sur la dimension sociale de l’entreprise.

Retour