Bilan Social Individuel (BSI) et crise sanitaire : antinomie ou facteur d’évolution ?

Le Bilan Social Individuel (ou BSI) a vocation à présenter aux collaborateurs le package de rémunération globale et la politique RH de l’entreprise, de manière individuelle et personnalisée.

Aussi exhaustif que possible, il dresse un panorama pédagogique et transparent des éléments de rémunération (fixe, variable, primes…) mais aussi des avantages sociaux mis en place par l’entreprise au profit des salariés (régime de retraite supplémentaire, dispositif d’épargne salariale / épargne retraite, prévoyance, complémentaire santé, politique de formation, avantages divers…).

Vecteur de dialogue social et de valorisation de la marque employeur, le BSI est l’un des outils de communication RH les plus plébiscités par les grands groupes et, plus récemment, par les PME et les ETI.

Mais qu’en est-il de son utilité, voire de sa survie, en temps de crise ?

Télétravail et chômage partiel ont rythmé ces derniers mois, ayant pour conséquence une distension du lien avec l’entreprise. Sécurité et protection sociale sont devenues des priorités pour les employeurs comme pour les collaborateurs, supplantant peu à peu dans les discussions « l’historique » sujet de la rémunération.

C’est dans ce contexte troublé que le BSI a tout naturellement trouvé une place centrale dans la communication RH, permettant non seulement de maintenir le lien, mais aussi de valoriser les actions de l’entreprise autour de thèmes devenus essentiels : la santé, l’organisation du travail et la sécurité.

Les bilans sociaux individuels mis en place dans les entreprises depuis de nombreuses années ont donc perduré en 2020 et 2021. De nouvelles entreprises y ont également adhéré avec la conviction qu’une communication transparente, pédagogique et personnalisée a, plus que jamais, toute sa raison d’être.

Mutuelle santé, régime de prévoyance, QVT, articulation vie personnelle / vie professionnelle, droit à la déconnexion, organisation flexible du travail / télétravail, activité partielle longue durée, mesures de sécurité sanitaire prises par l’entreprise, accompagnement managérial, démarches RSE : autant de sujets d’actualité qui ont été développés dans les BSI cette année.

Quel BSI pour demain ?

Il y a fort à parier que le virage pris par le Bilan Social Individuel en 2021, contraint par la crise sanitaire, perdure bien au-delà du contexte actuel.

En effet, même si la rémunération directe reste un facteur d’attractivité et de rétention des talents pour les entreprises, la notion de rémunération globale est maintenant bien ancrée.

L’ère du « net bas de fiche de paie » est désormais révolue !
Preuve en est : nombreux sont les collaborateurs qui se munissent aujourd’hui de leur BSI lors des entretiens de recrutement pour challenger le package de rémunération proposé par leur « potentiel » nouvel employeur !

Clémence PERRIN
Directrice de la Communication RH

Retour