Bien-être et télétravail. Les RH et les managers sont sur le pont.

Télétravail. Un mot devenu très en vogue depuis la fin du confinement. Les études sur le sujet se suivent et se ressemblent, les français ont plutôt aimé télétravailler. Selon une étude de Malakoff Humanis, 84% des sondés souhaiteraient même poursuivre l’expérience quelques jours par semaine.

Mais concrètement le télétravail rime t-il toujours avec meilleure qualité de vie ?

Fini les trajets interminables en voiture ou en transport en commun. Terminé les réunions qui commencent en retard le temps de rassembler tout le monde : « Je dors plus. Je perds moins de temps et je profite plus rapidement de ma vie de famille une fois l’ordinateur fermé » expliquent nombre d’interrogés. A entendre cette majorité, le télétravail serait devenu synonyme de QVT (Qualité de Vie au Travail). La réalité n’est pourtant pas si binaire.

Là aussi les sondages sont formels, les télétravailleurs sont lucides sur les inconvénients de ce nouveau mode de fonctionnement : outils informatiques pas toujours adaptés, coûts de connectivité, porosité entre vie familiale et vie professionnelle : les contraintes liées au télétravail sont bien claires pour tout le monde. Et pourtant, les entreprises peinent à faire revenir leurs salariés.

Si nombre d’entre eux ont du mal à reprendre le chemin du bureau, c'est que les deux mois de confinement ont distendu leurs liens avec l’entreprise. Selon un sondage Ifop – Wittyfit - SIACI SAINT HONORÉ, 58% des salariés déclarent que le confinement a changé leur rapport au travail. Rythme de vie, conciliation de la vie personnelle et professionnelle, travail à domicile, les français du tertiaire veulent faire bouger les lignes.

Et côté managers ?

Outre la tentation de réduire les coûts liés à l’investissement immobilier, il n’est pas si avantageux de garder ses collaborateurs à distance. Comment manager de loin, identifier les décrocheurs, remotiver les équipes, en un mot comment redonner envie ?

La crise sanitaire a renforcé l’exigence des Français envers leur employeur. Toujours selon l’étude Ifop - Wittyfit - SIACI SAINT HONRÉ, 81% des sondés considèrent que la question du bien-être au travail doit devenir un enjeu prioritaire des entreprises et organisations. Un chiffre qui prouve une vraie attente de reconnaissance mais aussi de confiance et de transparence de la part des salariés. Les RH vont avoir besoin d’outils pour renouer le dialogue.

Le BSI est un moyen idéal de communication en temps de crise.

Il est la traduction la plus simple et la plus concrète de la politique RH mise en place. Outre la rémunération, le Bilan Social Individuel souligne toutes les actions mises en œuvre par l’entreprise pour contribuer au bien-être des employés : avantages sociaux, mesures sanitaires prises suite au confinement, politique RSE, politique de flexibilité du travail … Le BSI est un outil parfait pour re-booster l’engagement de vos salariés et renforcer lesentiment d’appartenance. Il s’adapte à tous vos besoins, peut se personnaliser et devenir ce lien qu’il est grand temps de re-tisser avec chaque collaborateur.

Retour